c Plateforme

plateforme

c courrier

webmail

Open Panel

Banniere

French Arabic English Spanish
Mariam SOW - Chevalier de la Légion d'Honneur de la part du Président de la République Française, au nom de l'amitié entre la France et le Sénégal, pour les efforts qu'elle a fournit depuis plus de 20 ans au service de sa nation.

Atelier de formation sur la Finance et l’Investissement en Afrique / Saly Portudal du 9 au 20 Juin 2014

La promotion des investissements est devenue un thème majeur dans l’agenda des pays en développement. Des investisseurs sont à la recherche d’opportunités pour gagner des nouvelles parts de marchés, dans tous les domaines. Les pays africains sont aussi à la recherche d’investissements étrangers nouveaux. Pour les attirer plus facilement, il faut des actions concrètes dans les deux sens. D’une part, il faut protéger les investisseurs à travers des mesures incitatives qui s’appuient sur les règles juridiques nationales, régionales et internationales. D’autre part, il faut mettre en place des stratégies nationales de promotion des investissements.

La protection occupe une place très importante dans toutes les stratégies de promotion des investissements. C’est la première étape. C’est l’indicateur qui permet à l’investisseur étranger de voir quelles sont les dispositions légales en vigueur dans son pays d’accueil, quelles sont les conventions internationales et régionales qu’il a ratifiées ? Bref, quelles sont les garanties dont il peut disposer en injectant ses capitaux dans ce pays d’accueil ? Cette question pose en toile de fond la nécessité de la prévisibilité des règles liées aux investissements et leur sanction éventuelle. C’est pourquoi le système de règlement des différends en matière d’investissement occupe une place importante dans le dispositif international. Les pays africains en tirent-ils profits ? En sont-ils victimes ?

Dans le monde d’aujourd’hui, les Investissements Directs Etrangers (IDE) sont divers et variés. Ils ont connu des évolutions importantes et ont tendance à s’adapter aux réalités des régions et pays d’accueil. Les comportements des investisseurs aussi ont beaucoup évolué. Les pays peuvent tirer des bénéfices directs et indirects des IDE, au-delà des emplois directs escomptés. D’autres gains majeurs peuvent être attendus suivant la nature de l’investissement, le niveau de développement économique du pays et les liens entre les investissements et les domaines de l’économie ciblés.

Dès lors, la mise en lumière des différentes opportunités, du point de vue du pays d’accueil s’avère importante. Il est nécessaire de clarifier les interactions entre les différents acteurs que sont les entreprises multinationales qui injectent les capitaux d’une part, et les agences de promotion nationale des investissements. Les premières sont à la cherche un endroit convenable pour fructifier leurs affaires et les seconds tentent de leur vendre leur pays, en utilisant des arguments divers. Pour les hauts fonctionnaires chargés de la promotion des investissements dans leur pays, il est utile de comprendre les différents mécanismes qui sont utilisés à travers le monde, les expériences des autres pays, les exigences des investisseurs et les contraintes légales existantes. Ces éléments sont cruciaux face à la montée de la concurrence dans le domaine des IDE. Les autres pays qui sont dans la même catégorie de développement que les pays africains déploient les mêmes efforts, de même que les pays de la même région. Les agents de promotions des investissements doivent donc être informés de toutes les tendances, détenir toutes les informations utiles et être conscients des atouts de leur pays.

Les agents et les structures de promotion doivent travailler à comprendre et à rendre publics les objectifs nationaux d’attraction des investissements. Toutes les entités étatiques, de même que le secteur privé, doivent participer à l’identification des besoins et à la définition des cibles. Pour cela, une observation systématique des tendances des IED et des éléments extérieurs susceptibles de les influencer doivent être connus. Il est dès lors utile de comprendre et de mieux évaluer les besoins, les forces et les faiblesses des différents pays africains. Cette évaluation aidera aussi, à travers des outils de comparaison efficaces, de connaitre l’état des offres susceptibles d’être faites par des pays concurrents dans l’attraction d’investissements dans des domaines bien ciblés. 

Les dispositions de promotion des investissements prévues dans les conventions internationales ne sont pas toujours opérationnelles. L’accent est davantage mis sur la protection des investisseurs. La conséquence immédiate est que la promotion relève presque exclusivement de la responsabilité du pays d’accueil. Chaque pays doit dès lors avoir sa propre orientation sur la base des études diagnostiques faites au préalable. 

L’étape de la stratégie pour attirer les investisseurs est d’une importance capitale. La stratégie doit être élaborée de façon rigoureuse, suivant des standards internationaux, pour être en phase avec les exigences normales et prévisibles des investisseurs internationaux. Elle doit tenir compte des offres potentielles sur le marché, procéder à un recensement des entreprises suivant leur domaine et leur nationalité et choisir en fonction des gains que le pays pourrait en tirer.

Le ciblage des domaines d’investissement est primordial. Les secteurs stratégiques doivent être bien ciblés et des stratégies d’approche spécifiques mises en place. Et surtout, la façon de définir les partenariats doit correspondre à l’image du pays qui doit être travaillée pour améliorer la perception des investisseurs étrangers. Des moyens divers et variés sont souvent utilisés pour promouvoir les investissements, avec plus ou moins de succès. Mais la plus commune et la plus utilisée est la mise en place d’une Agence de promotion des investissements. Les pays qui en ont déjà ne cessent de chercher les voies et moyens d’améliorer ses performances. C’est ainsi que l’Agence de promotion des investissements est la clé de voûte de toutes les stratégies développer pour attirer des investissements dans le pays. Ses attributions et compétences peuvent varier d’un pays à l’autre. Son lien de rattachement est un élément d’efficience de l’Agence. Certains la rattachent directement à la Présidence de la République, d’autres choisissent de la rattacher à un ministère stratégique.

Dans tous les cas, il n’y pas de modèle universel. Chaque pays agit en fonction des objectifs et son histoire institutionnelle. Le plus déterminant réside dans le mandat qui est donné à l’Agence, sa structuration, le profil du personnel recruté, l’orientation économique du pays etc. La responsabilité des hauts fonctionnaires en charge de la promotion est donc fondamentale. Dans cette recherche d’efficacité, il est fait recours à l’expérience d’autres pays qui ont connu des succès avec leur Agence, pour capitaliser les meilleures pratiques.

Quelques soient les schémas retenus dans les différents pays africains, il faudra tenir compte de  la complexification des politiques d’investissement à l’échelle internationale. La promotion des  investissements interagit avec des sujets connexes qui l’influencent et la déterminent. Ce sont essentiellement les aspects liés au commerce, à la finance internationale et au Partenariat Public Privé entre autres. Il est utile de les passer en revue et de les mettre en perspectives pour permettre aux pays africains d’avoir un meilleur positionnement dans le domaine des investissements.

2. Objectifs

Globalement, les objectifs de cet atelier tournent autour des stratégies de promotion des investissements dans les pays africains. Il vise à permettre aux participants de :

    1. Comprendre les règles internationales qui régissent la protection et la promotion des investissements
    2. Disposer des outils utiles et nécessaires pour améliorer l’environnement des affaires dans leur pays
    3. Comprendre les mécanismes de résolution des différends internationaux liés à l’environnement
    4. Comprendre les modalités des Partenariats Public Privé en vigueur en Afrique et dégager des perspectives d’avenir
    5. Comprendre les interactions entre les problématiques de l’investissement et la financeinternationale

3. Contenu

Plus spécifiquement, les travaux de l’atelier aborderont, entre autres, les questions essentielles suivantes :

  1. Comment les Accords Internationaux d’investissement impactent les stratégies nationales de promotion des investissements ?
  2. Quelles sont contraintes auxquelles sont soumises les structures nationales de promotion des investissements ?
  3. Quels liens existent entre le commerce et l’investissement et comment l’OMC les règlemente ?
  4. Quels sont les différents types d’IDE et quelles sont les tendances de ces dernières années ?
  5. Comment initier un processus de l’amélioration de l’environnement des affaires dans un pays ?
  6. Quelle est l’importance d’avoir un cadre juridique prévisible pour accompagner la promotion des investissements ?
  7. Quelles sont les éléments extérieurs dont il faut tenir compte pour définir une bonne stratégie de promotion des investissements?
  8. Quelle est la perception supposée du monde des investisseurs sur le climat des affaires d’un pays donné ?
  9. Comment bâtir et appliquer une stratégie d’attraction des IDE ?
  10. Comment identifier les investisseurs potentiels et les attirer vers le pays ?
  11. Quels sont les différents modèles d’Agence existantes et comment en choisir le plus
  12. convenable ?
  13. Comment mieux articuler le Partenariat Public Privé ?
  14. Quel est le mode de fonctionnement d’une Agence de promotion des investissements?
  15. Quels sont les liens entre les politiques d’investissement et la finance internationale ?

4. Organisateurs

Cet atelier est organisé par l’Institut des Nations Unies pour la Formation et la Recherche (UNITAR, Genève) avec l’appui de la Banque Arabe de Développement en Afrique (BADEA), en collaboration avec le Centre Africain pour le Commerce, l'Intégration et le Développement/ Réseau Enda Tiers Monde (Enda CACID, Dakar).

5. Public visé 

L’atelier s’adresse aux fonctionnaires et aux cadres en charge de l'investissement et des finances

dans les pays francophones d'Afrique subsaharienne non membres de la Ligue des États arabes

(LEA).

Les participants doivent répondre aux exigences suivantes:

  • Posséder un diplôme universitaire en économie, en sciences politiques ou tout autre domaine connexe;
  • Avoir un minimum de cinq années d'expérience pratique; et
  • Démontrer une bonne connaissance pratique du français (parlé et écrit). 

6. Profil du Directeur de Cours

Dr. El Hadji Abdourahmane Diouf

Directeur Exécutif, Agence Africaine pour le Commerce et le Développement (2ACD)

Le Dr. El Hadji Diouf est actuellement Directeur exécutif de l’Agence Africaine pour le Commerce et le Développement (2ATD) à Genève. Il a été Directeur du Programme sur les APE et le Régionalisme au Centre International pour le Commerce et le Développement Durable (ICTSD) à Genève, Chargé de cours au Trade Policy Training Centre in Africa – TRAPCA (Arusha, Tanzanie) et au Master Professionnel de politiques de négociations commerciales internationales de l’Université Cheikh Anta Diop (UCAD) de Dakar, Sénégal. Ses domaines de compétences liés au commerce international sont les questions légales et systémiques, le règlement des différends, l’agriculture, les questions de développement, le traitement spécial et différencié, le régionalisme commercial, la propriété intellectuelle etc. Le Dr Diouf est auteur de plusieurs articles sur ces thématiques et de l’ouvrage intitulé « L’Afrique et le droit à la différence dans les négociations commerciales internationales : OMC, APE, Intégration régionale » publié en 2009.


7. Méthodologie

Cet atelier qui est parrainé par la Banque arabe pour le développement en Afrique (BADEA) regroupera durant deux semaines des cadres de haut niveau des pays africains francophones et sera animé par des experts nationaux et internationaux de haut niveau. Des présentations de cours classiques, ainsi que des exercices de groupes seront proposées aux participants. Des évaluations individuelles et de groupes seront organisés.


8. Attestation

Les personnes qui ont participé à l'atelier avec succès recevront un certificat de participation à la fin de l’atelier.

c Partenaires d'enda

partenaires

gnslogo

la ou pas docteur

Nouvelle édition 2013, pour toutes commandes s'adresser à l'équipe Diffusion, 54 Rue Carnot BP : 3370 Dakar-SENEGAL
Tél 221 33 889 34 09
dif-enda@endatiersmonde.org

nos publications

c Rapport annuel 2014

Enda milite à RIO+20 pour la reconnaissance de nouveaux modèles de développement durable dont l’objectif premier doit être l’éradication définitive de la pauvreté.
Quelques vidéos d'enda sur le sommet de Rio+20

c Membres du réseau

Cacid (Centre africain pour le commerce, l’intégration et le développement)

Dakar – Sénégal
• Renforcement des capacités de la Société civile
africaine
• Lobbying et plaidoyer sur le commerce
international
• Renforcement du dialogue politique
site web : http://www.endacacid.org/

Rup (relais pour le développement urbain participé)

Dakar – Sénégal
• Animation et mise en réseau sur l’urbain
• Gouvernance urbaine
• Lobbying et plaidoyer international
• Réalisation de systèmes d’assainissement
• Développement de l’agriculture urbaine

Syspro (Systèmes et Prospectives)

Dakar – Sénégal
• Renforcement des capacités de la Société civile
africaine
• Organisation des Forums Sociaux internationaux
• Renforcement du dialogue politique

Pronat (Protection Naturelle)

Dakar – Sénégal
• Création d’espaces de concertation en
zone rurale
• Réduction de l’utilisation des pesticides
dans l’agriculture
• Formation aux techniques de l’agriculture
saine et durable
• Lobbying et plaidoyer contre l’introduction
des OGM en Afrique
site web : http://www.endapronat.org/

Santé

Dakar – Sénégal
• Actions de sensibilisation contre le sida
• Assistance médico-sociale des personnes i
nfectées
• Prévention des risques liés à la prostitution
clandestine
• Lobbying et plaidoyer international sur le Sida
site web : http://www.enda-sante.org/

Madesahel

Dakar – Sénégal
• Confection et conditionnement de phytomédi-
caments
• Formations en santé publique
• Conservation des espèces végétales menacées
• Expérimentations et diffusion de nouvelles
essences

Lead Afrique francophone

Dakar – Sénégal
• Renforcement des capacités
• Appui aux organisations de la société civile africaine
• Animation de réseaux et plaidoyer international
site web : http://www.leadinafrica.org/

Ecopop (économie populaire urbaine)

 
Dakar – Sénégal

• Gouvernance urbaine
• Renforcement des capacités des acteurs
locaux
• Appui au développement local participatif
• Accès aux services sociaux de base
site web : http://www.endaecopop.org/

Jeunesse Action

Dakar – Sénégal
• Appui aux enfants et jeunes travailleurs
• Soutien aux enfants en diffiulté
• Lobbying et plaidoyer international
site web : http://www.maejt.org/

Ecopole

Dakar – Sénégal
• Education alternative à la citoyenneté
• Appui au développement local participatif
• Plaidoyer et dialogue politique
• Développement de la santé communautaire

Graf - Sahel et Afrique de l’Ouest

Dakar – Sénégal
• Gouvernance locale concertée
• Promotion et renforcement du dialogue
politique
• Accès aux biens et services de base
• Agriculture et développement rural
• Appui aux femmes, AGR et microfiance
• Education alternative
site web : http://www.endagrafsahel.org/

Eau populaire

Dakar – Sénégal
• Réalisation d’infrastructures hydrauliques
• Interventions dans le domaine de
l’assainissement
• Lutte contre les maladies liées à l’eau

site web : www.enda-eau.org

Energie - environnement - développement

Dakar – Sénégal
• Elargissement de l’accès aux services
énergétiques
• Elaboration et mise en œuvre des accords
multilatéraux sur l’environnement
• Analyse et recherche de synergies entre
énergie, environnement & développement
site web : http://www.endaenergie.org/

Diapol (Prospectives dialogues politiques)

Dakar – Sénégal
• Plaidoyer et dialogue politique
• Migrations et développement
• Intégration africaine et coopération
transfrontalière
• Education alternative

Maghreb

Rabat – Maroc
• Lutte contre la pauvreté en milieu urbain
• Développement rural intégré et gestion
durable des ressources naturelles
• Education et sensibilisation à la préservation
de l’environnement
• Communication et plaidoyer
• Renforcement des capacités
• Gestion alternative et valorisation des déchets
• Economie populaire et insertion sociale
site web : http://www.enda.org.ma/

Europe

Paris – France
• Appui technique aux entités d’Enda
• Montage de projets et recherche de
fiancements
• Animation de réseaux sur le développement
durable
site web : http://www.enda-europe.org/

Vietnam

Ho Chi Minh City – Vietnam
• Restructuration de l’habitat dans les bidonvilles
• Gestion environnementale urbaine
• Accès aux services de base
• Aide à la création de microentreprises

Mali

Bamako – Mali
• Appui aux enfants et jeunes en diffiulté
• Promotion des initiatives de santé
communautaire
• Promotion socioéconomique des femmes
site web : http://www.endamali.org/

Bombay


New Bombay – Inde

• Agriculture et développement rural
• Appui à la création de microentreprises rurales
• Appui aux mouvements et associations
de femmes
• Recyclage des déchets et fabrication
d’engrais bio

Océan Indien

Antananarivo - Madagascar
• Restructuration de l’habitat en milieux
défavorisés
• Appui aux enfants et jeunes en diffiulté
• Gestion des déchets urbains et assainissement

Dominicana

Santo Domingo – République dominicaine
• Gestion des ressources naturelles
et agroforesterie
• Promotion des initiatives de santé
communautaire
• Développement urbain et services
de base
site web : https://endadom.wordpress.com/

Colombie

Bogotá – Colombie
• Gestion environnementale urbaine
• Appui au développement local
• Gestion et recyclage des déchets urbains
• Renforcement des capacités
site web : http://www.endacol.org/

Inter-Arabe

Mme Essma BEN HAMIDA &
M. Michael CRACKNELL
Tunis – Tunisie
• Microfinance et microcrédit
• Appui à la création de microentreprises
• Animation et mise en réseau
site web : http://www.endarabe.org.tn/

Ethiopie

Addis Abeba – Ethiopie
• Développement de l’agriculture urbaine
• Gestion des déchets urbains et assainissement
• Lutte contre le VIH/Sida et création d’AGR

Thank you for your donation.



ccccc Évènements

September 2015
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30

c Suivez-nous sur Facebook

S5 Box

Register