• Facebook: EndaTiersMonde?ref=tn_tnmn
  • Twitter: EndaTiersMonde
  • YouTube: endatiersmond

annonceAG2014

Fondation Jacques Bugnicourt
SIGIE Database

Rapport annuel 2013

RAPPORT ENDA TM 2013
Obtenir les autres rapports

Thierno Seck, Coordonnateur du Projet « Initiatives Pilotes de Micro-Irrigation et de Gestion Durable des Terres dans le département de Bakel (IGDT BAKEL).

 pub

la ou pas docteur

Nouvelle édition 2013, pour toutes commandes s'adresser à l'équipe Diffusion, 54 Rue Carnot

BP : 3370 Dakar-SENEGAL

Tél 221 33 889 34 09

dif-enda@endatiersmonde.org

Enda à RIO+20

vgnette

Enda milite à RIO+20 pour la reconnaissance de nouveaux modèles de développement durable dont l’objectif premier doit être l’éradication définitive de la pauvreté.


Quelques vidéos d'enda sur le sommet de Rio+20 ICI

Publication

CAPITALISATIONendaEcopole

Apprendre avec les communautés

Recherche-Action sur la problématique de lutte contre la pauvreté Capitalisation d’un Itinéraire


Enda Rapport Annuel

Enda Rapport Annuel 2010


 

Apprendre avec les communautés

Recherche-Action sur la problématique de lutte contre la pauvreté

Capitalisation d’un Itinéraire

Evènements

November 2014
S M T W T F S
26 27 28 29 30 31 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 1 2 3 4 5 6
EQUITE & EGALITE


Violences faites aux femmes

Equité & Egalité

Capacitation


Les femmes du Sud luttent de nos jours pour une meilleure professionnalisation et ne se contentent plus d'activités génératrices de revenus (AGR) ponctuelles pour gagner de faibles sommes grâce au microcrédit. Les ONG d’appui les renforcent par le biais de la formation professionnelle et technique, de la gestion des activités (faire des comptes d’exploitation), de la conquête des marchés, de la reconnaissance de leurs métiers, de l’accès à un travail décent, de la conservation ou l’élargissement du contrôle de leurs activités traditionnelles modernisées (comme le karité), de la transformation des métiers traditionnellement masculins (agriculture, commerce, meunerie, boucherie, etc.).


Mais, dans le cadre des activités menées par Enda sur les droits des femmes africaines, l’on a constaté que ceux-ci ont tendance à reculer lorsque le « progrès technique » se fait sur un modèle importé. L’on peut notamment le constater lorsque les activités créées sont trop chères en intrants, endettent les familles ou que les emplois nouveaux profitent principalement à des hommes, parfois en raison du seuil de connaissances écrites exigées, mais aussi souvent parce qu’on reproduit simplement et sans réfléchir la division du travail historique : le travail manuel pour les femmes, les machines pour les hommes. Par conséquent, si les stéréotypes ne sont pas travaillés, les investissements en machines et formations techniques resteront exclusivement dédiés aux hommes, au nom de la soi-disant « complémentarité ». Ainsi, en investissant en machines et outils pour transformer des activités manuelles traditionnellement féminines, l’on crée souvent  des emplois masculins qualifiés et non des emplois pour les femmes, dont l’univers recule et le pouvoir de décision se réduit.


Cette tendance a été détectée dans la mise en œuvre de certains projets, et devra être discutée lors des prochaines rencontres sur le genre organisées dans le cadre des activités d’enda Europe. Dans d’autres cas, les outils ou équipements donnés peuvent être sous-employés par les femmes. Toute introduction de nouveaux outils de production doit être accompagnée et parfois adaptée pour être appropriée, afin que les locaux et domiciles des femmes productrices ne deviennent pas des « cimetières » d’objets inutiles ou dont l’utilité est incomprise. Pour cela, il faudra aussi que les femmes osent demander, critiquer, questionner, refuser éventuellement. Ce qui va à l’encontre des attitudes de soumission et d’acceptation inconditionnelle de l’autorité (des maris, des institutions, des ONG, des donateurs, etc.), et qui a aussi comme corollaire la pratique du contournement, ou l’abandon discret de ces outils. Développer le sens critique des femmes de façon constructive, pour que les difficultés soient vraiment mises sur la table, fait aussi partie des objectifs du projet.

 

Les femmes rurales demandent également l’accès à des services publics de qualité et à la terre. Car qu’il s’agisse du milieu urbain ou du monde rural, les femmes ne peuvent développer des activités nouvelles ou les intensifier, sans que changent les tâches domestiques dont elles ont toujours la responsabilité principale. La famille élargie peut de moins en moins remplir ce rôle, même si de nombreuses jeunes filles sont encore retirées de l’école pour aider leurs mères ou d’autres parentes. La présence ou non de services qui réduisent les tâches ménagères (à défaut de partage avec les hommes) est une condition indispensable au développement des activités économiques des femmes. Les plateformes multiservices (puits, moulin, moteur, etc.), voire les garderies d’enfants, deviennent des besoins pratiques et stratégiques, aux côtés des revendications historiques d'accès à la terre ou de programmes pour faire reculer les violences de genre (mariages forcés, violences conjugales, agressions sexuelles, exclusion des vieilles femmes, lévirat, excision, etc.). Quant à la question de l’accès au foncier, elle ne se limite pas aux cas déjà évoqués dans l’agriculture en milieu rural, mais inclut aussi pour les femmes urbaines l’accès à des espaces de travail différents de leurs domiciles.


Liens :

http://www.endapronat.org

http://enda-europe.org/

http://www.endaethiopia.org


Violences faites aux femmes

Equité & Egalité

Capacitation