• Facebook: EndaTiersMonde?ref=tn_tnmn
  • Twitter: EndaTiersMonde
  • YouTube: endatiersmond

Fondation Jacques Bugnicourt
SIGIE Database

Enda Ecopop "Gouvernance et Leadership Local" Dakar, 18 au 28 Mars 2014.


 pub

la ou pas docteur

Nouvelle édition 2013, pour toutes commandes s'adresser à l'équipe Diffusion, 54 Rue Carnot

BP : 3370 Dakar-SENEGAL

Tél 221 33 889 34 09

dif-enda@endatiersmonde.org

Enda à RIO+20

vgnette

Enda milite à RIO+20 pour la reconnaissance de nouveaux modèles de développement durable dont l’objectif premier doit être l’éradication définitive de la pauvreté.


Quelques vidéos d'enda sur le sommet de Rio+20 ICI

Publication

CAPITALISATIONendaEcopole

Apprendre avec les communautés

Recherche-Action sur la problématique de lutte contre la pauvreté Capitalisation d’un Itinéraire


Enda Rapport Annuel

Enda Rapport Annuel 2010


 

Apprendre avec les communautés

Recherche-Action sur la problématique de lutte contre la pauvreté

Capitalisation d’un Itinéraire

Evènements

April 2014
S M T W T F S
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 1 2 3
Santé

La santé constituant un aspect essentiel de la problématique du développement, il existe une forte corrélation entre pauvreté et santé. L’investissement dans le secteur de la santé est non seulement un puissant vecteur de développement économique, mais aussi un préalable indispensable pour permettre aux pays du Sud de rompre le cycle vicieux de l’appauvrissement, souvent causé ou perpétué par les maladies. La prise de conscience d’une telle réalité, par la communauté internationale, s’est clairement traduite dans la formulation des OMD. Ainsi, 3 des 8 objectifs, 8 des 20 cibles et 18 des 59 indicateurs, sont directement en rapport avec la santé. Depuis 2000, les OMD ont fourni au monde des impératifs politiques et des orientations techniques qui sont devenus des directives importantes pour tous ceux qui travaillent dans la santé et le développement. A l’heure du bilan, il faut noter que les progrès accomplis pour atteindre les cibles liées à la santé sont bien inférieurs à ceux escomptés et cachent de très grandes disparités d’un pays et d’une région à l’autre.

En ce qui concerne le VIH/sida, en dépit de la baisse notable de 16 %, entre 2000 et 2008, des nouvelles infections (Source : OMS) et de l’amélioration globale de l’accès aux antirétroviraux, 5 millions de personnes, sur les 9,5 millions qui en ont besoin, n’ont toujours pas accès aux médicaments, principalement en Afrique subsaharienne où vivent 68% des personnes infectées. En outre, nonobstant une distribution massive de moustiquaires imprégnées et la réduction de 50 % et plus, de l’incidence du paludisme dans 38 des 108 pays d’endémie, cette maladie demeure une source de préoccupation permanente pour les familles et les communautés, l’afrique totalisant, à elle seule, 90 % du million de victimes enregistrées chaque année dans le monde. Qui plus est, en dépit d’une baisse de l’incidence enregistrée depuis 2004, 1,7 millions de personnes meurent chaque année de la tuberculose. Les résistances aux médicaments et la propagation du VIH/sida (il y a eu 380’000 co-infections VIH-tuberculose en 2009), contribuent à l’amplification de cette endémie.

Depuis 1988, ENDA tente de répondre à la crise du développement sanitaire, aggravée par l’apparition de la pandémie du VIH/sida, par des idées et des actions qui ont permis à nombre de personnes et de communautés du Sud de connaître des progrès significatifs dans le domaine de la santé. Ces dix dernières années, dans sa volonté de contribuer à l’atteinte de l’OMD 6 et sa quête constante d’équité et de justice sociale, ENDA a opté pour des interventions menées en étroite collaboration avec les communautés de base, conformément à l’esprit des soins de santé primaires, en ciblant spécifiquement les plus démunis, chez eux et au sein de leurs familles. En effet, à une santé publique qui insiste de plus en plus sur l’approche réseau et la collaboration intersectorielle pour réformer les systèmes et rendre les services sanitaires plus accessibles à toutes les couches sociales, est désormais associée une santé communautaire qui cherche à mieux cerner les besoins de groupes plus restreints, en termes de soins et de prévention. La santé communautaire et la participation qu’elle induit deviennent ainsi fortement justiciables de la qualité de la collaboration intersectorielle. Autrement dit, lorsque la santé publique apporte les outils de planification et de gestion destinés à rendre les services sanitaires plus efficaces, la santé communautaire apporte des solutions adaptées, à taille humaine, plus ciblées et plus directes.

Toutefois, dans l’approche d’ENDA, la conception sociale de la communauté prend radicalement le pas sur la conception épidémiologique qui relève plutôt d’une vision étatique et institutionnelle cherchant à résoudre les problèmes, par le biais de programmes spécialisés. L’approche épidémiologique tend à professionnaliser la relation avec la communauté, à l’envisager « par le haut », comme un simple groupe cible, défini en fonction de paramètres démographique ou statistiques, contribuant ainsi à un fractionnement de la population en sous-groupes spécifiques et à une répartition des problèmes de santé en fonction de ceux-ci. La conception sociale a l’avantage d’envisager la communauté du point de vue de sa complexité dans les structures organisationnelles et de sa diversité dans les formes de représentation. Elle ne saurait envisager l’action en dehors de la perception que les populations ont de leurs propres besoins, et fonde la participation de celles-ci.


VIH/SIDA SANTE COMMUNAUTAIRE
PLANTES MEDICINALES
ECOSANTE